Citations des candidats

Martine Aubry est candidate à la primaire socialiste « Je serai la présidente du redressement de la France et du rassemblement des Français par la justice. Le redressement parce que notre pays est menacé de déclin dans la mondialisation. D’où ma priorité à l’industrie et à nos PME, au renforcement de notre agriculture, au soutien à l’innovation et à la recherche, à l’investissement pour la transition énergétique et numérique. Et en même temps, le rassemblement par la justice : nos concitoyens savent que tout ne sera pas possible tout de suite et que des efforts sont nécessaires, mais ils veulent de l’équité et des engagements clairs. Les miens s’appellent l’éducation, l’emploi et le pouvoir d’achat, l’égalité femmes-hommes, la sécurité (…) »

Jean-Michel Baylet« Défendre le principe de justice, au coeur de la pensée radicale. (…) D’abord nos valeurs, République et laïcité. Ensuite bien entendu l’Europe. Vous avez vu qu’autour de moi dans nos débats, personne ne parle d’Europe. Or c’est la seule solution à la crise aujourd’hui. Il faut relancer la machine européenne. Nous avons une monnaie commune mais pas de politique budgétaire commune. C’est unique au monde. »

 

« Un président qui donne aux Français confiance, respect et espoir, qui a donc la hauteur nécessaire pour incarner la France et l’humilité indispensable pour être au plus près des citoyens. » « Un président qui doit redonner de la fierté aux Français par son action internationale et par la considération qu’il porte aux grandes questions planétaires qui sont celles de l’humanité toute entière. »

 

« Un président audacieux et innovant, engageant la France dans de grandes transformations économiques et politiques. Je souhaite bâtir avec toutes les forces du pays le nouveau modèle social, industriel et écologique français de l’après-crise. »

 

 

« J’ambitionne de devenir une présidente aimée des Français et dont ils seront fiers. Une présidente qui libérera les forces de la créativité pour sortir de la crise économique. Une présidente qui garantira un ordre social juste et qui améliorera concrètement la vie des millions de Français qui ont perdu et qui ont peur de perdre. »

 

« La dette publique atteindra bientôt 90 % du PIB. (…) Dans cette période très particulière, le futur président devra faire comprendre aux Français qu’irréalisme ou fausses promesses seront notre poison, il devra faire passer et faire partager les vertus de l’effort. Un effort collectif. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.